Katherine Da Silva / Shutterstock
Katherine Da Silva / Shutterstock

L’Equateur a retiré sa nationalité équatorienne et la protection diplomatique au créateur de Wikileaks, invitant la police britannique à venir l’arrêter au sein de l’ambassade. Il encourt 5 ans de prison pour “piratage informatique” aux États-Unis, et un an de prison pour violation des conditions de sa liberté provisoire.

Se pose désormais la question de son éventuelle extradition vers les Etats-Unis, où il est inculpé d’association de malfaiteurs en vue de commettre un “piratage informatique”, passible d’une peine maximum de cinq ans de prison.

Sur Twitter, WikiLeaks a reproché à ce pays d’avoir “illégalement mis fin à l’asile politique accordé à Julian Assange, en violation du droit international” et d’avoir “invité” la police britannique dans l’enceinte de l’ambassade. Moscou, qui a exprimé à plusieurs reprises sa sympathie pour le fondateur de Wikileaks, a accusé Londres d'”étrangler la liberté”, tandis que l’ex-président équatorien Rafael Correa a qualifié son successeur Lenin Moreno de “traître”.


Puisque vous êtes ici...

Chers amis,

Vous êtes désormais des dizaines de milliers chaque jour à lire La Lettre Patriote !
Maintenir ce service en toute sécurité a un coût de plus en plus important, et nous avons besoin que chacun nous aide dans la mesure de ses moyens.

Pour cette raison, nous avons mis en place quatre types d'abonnements.

Vous pouvez choisir le plan qui vous correspond et vous abonner directement par carte bancaire EN CLIQUANT ICI.

Merci !
Julien Michel