Shutterstock
Shutterstock

Selon une information du Scottish Sun, des centaines d’Écossais sont secrètement inscrits dans une base de données de la police – pour avoir raconté des blagues offensantes en ligne.

La police écossaise a enregistré plus de 3.300 « incidents haineux », tels que le partage de blagues offensantes sur les médias sociaux, même si ceux-ci n’impliquent aucun délit.

Mais des comédiens et des militants affirment que cela revient à « fliquer » abusivement le public et que cela constitue un danger pour la liberté d’expression.

Les agents suivent actuellement les directives officielles qui stipulent que les blagues apparaissant motivées par l’hostilité envers la race, la religion ou une personne transgenre sont inscrites « indépendamment de toute preuve permettant d’identifier l’élément de haine ».

Le très sérieux Times raconte que 858 incidents « non criminels » ont été enregistrés par les système de la police écossaise l’année dernière – plus de deux par jour !

L’Angleterre et le Pays de Galles ne sont pas en reste : on y a fiché 120.000 « incidents » sur la même période.

Print Friendly, PDF & Email