DR
DR

Tout a commencé par la discours d’Emmanuel Macron contre le séparatisme. Ce discours a été bien évidemment très critiqué dans le monde musulman, et Erdogan s’en est servi pour augmenter encore son aura de chef musulman, en alignant plusieurs déclarations contre la France.

Ensuite, Paris a noté l’absence de condoléances d’Erdogan suite à la mort de Samuel Paty…

Mais l’événement qui a mis le feu aux poudres, c’est la déclaration insultante du président turc :

“Tout ce qu’on peut dire d’un chef d’État qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c’est: allez d’abord faire des examens de santé mentale”, a déclaré Recep Tayyip Erdogan, dans un discours télévisé.

C’en était trop.

L’Elysée a dénoncé ce 24 octobre les propos «inacceptables» du président turc visant son homologue français, en raison de son attitude supposée à l’égard des musulmans.

« Les propos du président Erdogan sont inacceptables. L’outrance et la grossièreté ne sont pas une méthode. Nous exigeons d’Erdogan qu’il change le cours de sa politique car elle est dangereuse à tous points de vue. Nous n’entrons pas dans des polémiques inutiles et n’acceptons pas les insultes », a ainsi commenté le palais présidentiel, en annonçant le rappel pour consultation de l’ambassadeur de France à Ankara.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote