Mettant gravement en danger les vies des migrants auxquels ils font miroiter des paradis inexistants, les passeurs obtiennent parfois la complicité d’ONG qui se chargent de sauver en mer les malheureux qui ont utilisé leurs services rémunérés. Ces agissements inhumains ont été dénoncés par le ministre de l’intérieur, soulevant un tollé à gauche. L’avocat Gilles-William Goldnadel apporte quelques éclaircissements.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote