Shutterstock
Shutterstock

La Grèce s’est placée dimanche en état d’alerte «maximum» pour protéger ses frontières face à l’afflux de milliers de migrants aux portes du pays, qui provoque inquiétude et colère sur les îles et dans les localités frontalières. «Notre conseil de sécurité national a décidé de porter le niveau de protection aux frontières à son maximum», a déclaré le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis au sortir d’une réunion de crise.

“Notre conseil de sécurité nationale a pris la décision d’augmenter au maximum le niveau de dissuasion à nos frontières.A partir de maintenant, nous n’accepterons aucune nouvelle demande d’asile durant 1 mois. Nous invoquons l’art. 78.3 du TFUE pour avoir le total soutien européen”

  • – Suspension de toutes les demandes d’asile pendant un mois
  • – Expulsions de tous les migrants franchissant la frontière grecque
  • – Déploiement de la Force d’intervention rapide européenne en mer Egée

Pendant ce temps-là, des habitants de l’île grecque de Lesbos ont mis le feu dimanche soir à un centre d’accueil inoccupé de migrants près de la plage de Skala Sykamineas, après en avoir bloqué l’entrée.

La tension est à son comble en Grèce.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote