Quand la lumière se rallume au cinéma Le Plaza de Marmande (Lot-et-Garonne), jeudi 4 juillet, pour la projection en avant-première d’Au nom de la terre, un film qui sortira le 25 septembre, les spectateurs sont nombreux à essuyer leurs larmes. Le réalisateur, Edouard Bergeon, 36 ans, explique l’enchaînement de circonstances qui l’ont conduit à écrire cette fiction inspirée de son histoire familiale.

Son père, Christian Bergeon, un éleveur fils et petit-fils de paysans, incarné par Guillaume Canet, s’est suicidé en 1999 d’une manière terrible et, pourrait-on dire, militante. A l’origine journaliste, Edouard Bergeon a déjà tourné un documentaire de quatre-vingt-dix minutes, Les Fils de la terre, diffusé en 2012 sur France 2, qui retraçait l’itinéraire d’un producteur de lait du Lot, pris dans un engrenage infernal et banal : pressions de la banque, surendettement, surcharge de travail, dépression…

On sait comment l’histoire se termine assez souvent. L’éleveur, Sébastien Itard, en dépôt de bilan, avait fait une tentative de suicide pendant le tournage qui avait duré quatorze mois. « Il va beaucoup mieux et a converti son exploitation au bio », se réjouit Edouard Bergeon.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote