BigTunaOnline / Shutterstock
BigTunaOnline / Shutterstock

Après la mise en cause du conseiller spécial du président Ismaël Emelien pour un montage vidéo publié anonymement, c’est le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, qui est cette fois la cible.

Selon Le Point, Alexandre Benalla a transmis à la justice mi-février des captures d’écrans de la messagerie WhatsApp, dont il affirme qu’il s’agit d’échanges avec la présidence et notamment avec Alexis Kohler.

Le 2 mai 2018 à 9h12, soit le lendemain des violences de la place de la Contrescarpe à Paris, Alexandre Benalla aurait écrit à Kohler sur WhatsApp avoir été invité par la préfecture de police à observer de l’intérieur la manifestation du 1er mai, avoir reçu un casque et avoir été accompagné par un major en civil.

Il explique que la situation a “dégénéré” place de la Contrescarpe” et écrit : “Je ne me suis alors pas cantonné à mon rôle d’observateur et ai porté assistance aux policiers présents qui essayaient d’interpeller deux personnes ayant jeté des projectiles. La scène, assez violente, a été filmée et même si on ne m’identifie pas très nettement, je suis reconnaissable. Cette vidéo tourne actuellement sur les réseaux sociaux. Alexandre.”

Or, interrogé sous serment devant la commission sénatoriale le 26 juillet 2018, Alexis Kohler avait affirmé avoir été mis au courant de l’existence de la vidéo par le conseiller en charge des réseaux sociaux et par Patrick Strzoda, directeur de cabinet du chef de l’État. Patrick Strzoda avait confirmé cette version.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote