Plamen Galabov / Shutterstock
Plamen Galabov / Shutterstock

L’audit interne mené par Renault et Nissan au sein de leur filiale commune RNBV aux Pays-Bas a identifié 11 millions d’euros de dépenses suspectes engagées par l’ancien patron de l’alliance automobile franco-japonaise Carlos Ghosn.

Le conseil d’administration, qui a pris connaissance mardi après-midi des conclusions définitives de l’audit mené par le cabinet Mazars, souhaite que Renault explore avec Nissan les “actions judiciaires” qui pourraient être menées aux Pays-Bas.

Les conclusions de la mission d’audit ont confirmé les questionnements que suscitent un certain nombre de dépenses engagées par RNBV pour un montant total de l’ordre de 11 millions d’euros, ont précisé les administrateurs du constructeur automobile.

Cette somme recouvre des “surcoûts de déplacement de M. Ghosn par avion”, “certaines dépenses engagées par M. Ghosn” et “des dons ayant bénéficié à des organismes à but non lucratif”, est-il précisé.

Voyages personnels avec les avions de la société, montre Cartier, invitations personnelles au Festival de Cannes… la liste des dépenses est incroyable.

“Sur la base de ces constats, le conseil d’administration a décidé (…) de demander aux représentants de Renault de se rapprocher de leurs homologues de Nissan dans les instances de gouvernance de RNBV en vue de la mise en oeuvre des actions judiciaires disponibles aux Pays-Bas”, poursuit le communiqué.

La société RNBV, filiale à 50-50 entre Renault et Nissan, était la structure créée par Carlos Ghosn pour incarner l’alliance au niveau opérationnel. Depuis quelques mois, Nissan accusait cette structure de masquer des dépenses au profit personnel de M. Ghosn.

Print Friendly, PDF & Email