DR
DR

Pour avoir dit lors d’un cours le 27 octobre, onze jours après l’assassinat de Samuel Paty : « L’islam ne reconnaît pas la liberté de conscience. C’est quand même absolument terrifiant », et évoqué « des religions sexuellement transmissibles », Mme L., prof de droit à la fac d’Aix-Marseille, a reçu des menaces de mort. Elle est maintenant placée sous surveillance policière. 

L’enseignante a déposé plainte le 6 janvier contre Mediapart pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Le site d’information avait en effet publié le 8 décembre le nom de l’enseignante et qualifié ses propos d’«islamophobes»…

Mais ce n’est pas tout !

Contacté par nos confrères du Point, l’avocat de l’enseignante raconte également les agissements de la vice-présidente de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). Cette dernière aurait diffusé un extrait audio du cours incriminé lors d’échange de mails au sein de la CNCDH avec la mention «à vomir».

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote