DR
DR

Ce sont nos confrères de RFI qui confirment l’information :

Un hélicoptère de type Gazelle de l’opération Barkhane a bien été abattu par les jihadistes le 14 juin dernier à la frontière entre le Mali et le Niger. L’état-major français parlait jusqu’alors d’un « atterrissage d’urgence ». Les trois soldats blessés dans le crash ont pu rejoindre un hôpital militaire en France.

Vendredi 14 juin, dans la matinée. Les militaires de Barkhane mènent des combats au cœur d’un repaire jihadiste à la frontière entre le Mali et le Niger, aidés par les forces des deux pays. Un hélicoptère français de type Gazelle essuie alors des tirs de mitrailleuse Kalachnikov-PKM de calibre 7.62 qui provoquent un incendie puis une perte de puissance moteur, obligeant l’équipage à effectuer un atterrissage forcé à proximité des combats sur un terrain poussiéreux et avec une visibilité réduite.

Le pilote et le chef de bord placés à l’avant de l’appareil sont blessés dans le choc. À l’arrière, un commando tireur d’élite s’en sort un peu mieux. Il parvient à extraire ses camarades de l’appareil, avant qu’un hélicoptère d’attaque de type Tigre ne vienne leur porter assistance, au risque d’être à son tour abattu. 

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote