DR
DR

Le président de la communauté juive de l’État allemand de Brandebourg a publié une lettre ouverte la semaine dernière dans laquelle il écrit qu’il immigre en Israël – et appelle les Juifs allemands à le suivre. Ceci, prétend-il, est provoqué par l’antisémitisme dans le pays, a déclaré le chef de la communauté, Seman Gorlick, dans un message publié sur le site d’information allemand Die Achse des Guten.

Gorlick, qui est arrivé en Allemagne en 1996 en tant que réfugié de l’ex-Union soviétique, a écrit : « Avec sa politique étrangère et intérieure anti-juive, le pays a prouvé que l’antisémitisme fait partie intégrante du pays. Vous ne pouvez pas vivre dans ce pays en tant que Juif, et je ne veux pas vivre dans ce pays plus longtemps ». Il a également écrit : « Je ne veux pas vivre dans un pays dont le président Frank-Walter Steinmeier a déposé une gerbe sur la tombe du meurtrier, terroriste et antisémite Yasser Arafat ».

Sans soutien cultuel ni sécuritaire

Il a souligné que le gouvernement de Brandebourg avait refusé pendant des décennies de soutenir la restauration de la vie juive et d’assurer la sécurité pour la protection nécessaire de la communauté juive. « L’État a refusé de nous donner les fonds nécessaires pour restaurer la vie juive détruite et a toujours rejeté les normes de défense et de sécurité requises pour notre communauté régionale. Aujourd’hui encore, la communauté reste sans aucune protection. »

Le contrecoup d’une immigration musulmane massive

« Je ne veux pas vivre dans un pays dont la chancelière amène des millions de musulmans antisémites qui attaquent les Juifs et les institutions juives en Allemagne. Je ne veux pas vivre dans un pays dont la chancelière accueille le célèbre antisémite Abou Mazen, et lui serre la main après avoir fait une déclaration antisémite. Je ne veux pas vivre dans un pays qui promeut les gangs, le terrorisme et la collaboration avec les pays antisémites qui veulent détruire notre État d’Israël et nous, les Juifs. »

Il a également écrit : « Je ne veux pas vivre dans un pays où des enfants, qui ne sont certainement pas nés antisémites, grandissent pour devenir antisémites avec l’aide de la propagande anti-juive et anti-israélienne de l’État financée par l’éducation et politiques de formation. Il m’est impossible de vivre dans un pays où la majorité de la population croissante déclare que l’antisémitisme est normal. Je ne vivrai dans un pays où, en tant que Juif, je dois me cacher partout et à tout moment. Impossible de vivre dans un pays où une partie de la population considère notre drapeau israélien comme une provocation. Pas question de vivre dans un pays où on ne peut pas porter de kippa dans la rue ».

À la fin, il écrit : « Cela ne sert à rien de continuer cette liste interminable. Il est impossible de changer quoi que ce soit. Je vais en Israël et je recommande à tous ceux qui prétendent faire partie du judaïsme de quitter ce pays au plus vite ».

Print Friendly, PDF & Email