L’avocat et enseignant en droit à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, Pierre Gentillet, pointe du doigt les dérives administratives françaises, qui permettent selon lui à des personnes atteintes psychologiquement de continuer de sévir, à l’image de l’homme qui a tué le prêtre Olivier Maire. Il regrette la lourdeur administrative et le manque d’applications des peines qui ralentissent le processus démocratique en France.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote