Jaap Arriens/NurPhoto via Getty Images
Jaap Arriens/NurPhoto via Getty Images

Le débat fait rage dans les médias : Twitter avait-il “le droit” de bannir le président américain de son service de messages courts ?

Or, cette question n’a aucune intérêt, s’agissant de la décision d’une entreprise privée qui n’a pas reçu de délégation de service public (comme la France en donne aux entreprises d’autoroute, de distribution de l’eau, etc.).

La véritable question, beaucoup plus importante, est celle-ci : est-il normal que les leaders politiques utilisent comme canal de communication une micromessagerie commerciale ?

La limitation de la pensée politique à 288 caractères, l’exacerbation des antagonismes, l’ironie rapide, le mot écrit trop vite, c’est ainsi que le monde décrépit depuis que Twitter remplace l’Agora. Il n’y a aucun doute : Twitter n’a strictement RIEN apporté de bon à la société en général.

Il est donc temps de se poser des questions sur l’opportunité de la présence de nos politiques – gouvernants et opposants – sur ces réseaux.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote