Shutterstock
Shutterstock

Ce sont nos confrères du Parisien qui ont levé ce lièvre. Lisez plutôt :

Toutes les cellules de France devraient bientôt être équipées d’un terminal numérique permettant aux détenus d’interagir avec l’administration pénitentiaire. Une sorte d’Intranet des prisons ! La belle vie, en quelque sorte.

« Il n’y aura bien évidemment aucun accès à l’Internet extérieur », précise-t-on au sein de l’administration. Mais cela permettra tout de même d’effectuer la plupart des demandes liées à la détention. Par exemple, les commandes de « cantine » – l’épicerie des détenus -, mais aussi de produits culturels. Les prisonniers pourront réserver des parloirs, comme, depuis l’extérieur, leurs familles. Celles-ci pourront également approvisionner à distance le pécule de leur proche incarcéré.

On apprend à cette occasion que le dispositif est déjà en phase de test depuis l’automne dernier à la maison d’arrêt de Dijon (Côte-d’Or), ainsi que dans les centres pénitentiaires de Meaux (Seine-et-Marne) et Nantes (Loire-Atlantique) !

D’ici à la fin de l’année, si l’expérimentation est positive, un appel d’offres sera lancé pour le déploiement, dans les trois ans, au sein des 50.144 cellules de France. « L’objectif c’est que 100 % des démarches administratives soient numérisées en 2022 », indique-t-on à l’administration pénitentiaire.

Côté financier, le projet devrait s’inscrire dans un budget global de 530 millions d’euros alloués à l’amélioration du numérique des prisons.

« Cette modernisation va dans le bon sens, même si elle aurait pu aller plus loin. Celui qui veut tricher arrive déjà à avoir un portable connecté en 4G, estime [Damien Pellen, premier secrétaire du syndicat national des directeurs pénitentiaires (SNDP)]. Mieux vaut un accès Internet encadré, afin de réduire la fracture numérique, à l’heure où toutes les démarches – logement, travail – liées à la réinsertion se font en ligne. »

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote