DR
DR

En 1793, le culte catholique est interdit à Paris. La cathédrale est pillée et vandalisée. Les révolutionnaires instaurent « le culte de la Raison » autour des devises de liberté et d’égalité. De nombreux édifices sont transformés en « Temple de la Raison » parmi lesquels Notre-Dame. Durant cette période, la cathédrale sert d’entrepôt aux « vins de la République » réquisitionnés sur le port aux vins, quai Saint-Bernard.

En 1801, le Concordat rétablit le culte catholique dans les églises et la cathédrale retrouve son diocèse. Toutefois, les destructions révolutionnaires mettent en péril la cathédrale qui menace de s’écrouler.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Et Noël fut chanté, chaque année, sous la majestueuse voûte gothique de la cathédrale parisienne.

Jusqu’à cette année…

Un mégot magique auto-céphale a failli détruire le chef d’oeuvre de l’île de la Cité, obtenant le même effet que la révolution de sinistre mémoire : faire taire Notre-Dame de Paris. Aucune célébration n’est même prévue sur le parvis ni aux abords de la cathédrale.

Les fidèles sont invités à se diriger vers l’église Saint Germain l’Auxerrois.

Noël à Paris ne sera pas vraiment Noël tant que notre cathédrale ne sera pas rendue au culte… et qu’on ne nous aura pas dit la vérité sur ce qui a causé ce désastre.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote