Le propos des Qataris était de s’acheter une crédibilité internationale. Le pari est-il d’ores et déjà raté ?

Print Friendly, PDF & Email