Paris, le 25 mai 2022. Le Samu 95 met en place une solution mixte de téléconsultation avec envoi d’une infirmière chez les patients qui le nécessitent. Pontoise 95
Paris, le 25 mai 2022. Le Samu 95 met en place une solution mixte de téléconsultation avec envoi d’une infirmière chez les patients qui le nécessitent. Pontoise 95

Mokhtar, un marocain de 66 ans habitant Eaubonne (Val-d’Oise), est bien connu du Samu 95 dont il inondait d’insultes les opérateurs depuis 2020.

Lundi après-midi, il était jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Pontoise, poursuivi pour appels malveillants, pour avoir une nouvelle fois saturé les lignes du Samu à coups d’injures et de menaces de mort, racontent nos confrères du Parisien. Ce qui lui a valu une condamnation à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis probatoire de deux ans, avec l’obligation de se soigner et de dédommager les victimes. Il devra ainsi verser 500 euros à un opérateur du Samu, menacé en août 2020, et 1.000 euros au Samu 95. « Ce sont des faits graves, vous méritez une sanction importante », a souligné la présidente du tribunal en prononçant la décision. Qu’aurait été la peine (ridicule) si ce n’était pas « des faits graves », alors ? Cette justice, décidément, est en-dessous de tout.

Trois séries de faits lui ont été reprochées. Ceux tout d’abord remontant au 10 août 2020. Il s’en était pris à l’opérateur et devait faire l’objet en avril prochain d’une composition pénale. « Il y avait 80 ou 100 appels », se souvient la victime, qui s’est constituée partie civile. « J’ai été menacé de mort, moi et ma famille. » Le dossier a été joint aux deux derniers événements : ceux du 29 décembre dernier, au cours duquel il a bloqué la ligne d’urgence en appelant une trentaine de fois le Samu, puis ceux du 13 janvier. Ce jour-là, ce sont soixante appels qui ont été passés au cours de la soirée, et autant d’insultes et de menaces. Les appels ont saturé la ligne toute la nuit.

Sera-t-il renvoyé au Maroc ?

Print Friendly, PDF & Email