Michel Onfray nous parle de Macron, de l’Arménie, de Marine Le Pen, Mélenchon, mais également de Robespierre ou de la guerre en Ukraine et des relations étrangères.

Print Friendly, PDF & Email

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jean-Marie Daubrege
Jean-Marie Daubrege
1 mois il y a

M.Onfray, vous parlez avec une certaine irritation de Poutine, affirmant que des journalistes sont tués là-bas.
Etes-vous conscient qu’en France, c’est le journalisme qui est tué?
Que l’interview ou la conférence que vous donnez est le fait d’une chaine non officielle, privée surement, et astreinte à une manche permanente auprès de ses abonnés pour se financer, ce qui augure assez mal d’une totale pluralité des opinions?

Admettez que certaines populations se portent bien d’être régentées plus que gouvernées, et que notre « démocratie » (déjà si chahutée par nos gouvernants-modèles) n’est pas, tout comme le modèle-type d’état pour adhérer à l’UE, un modèle adapté à toute population!
Dans le cas russe, le moujik est passé du statut de rien du tout sous les tsars à moins que rien dans l’URSS, avant de devenir un citoyen russe (ou assimilé) dont la fierté sera de faire revivre la grandeur de son image.
Laissés à une liberté débridée à la chute du mur, on a vu la folie gagner certains, et il a fallu toute la poigne de Poutine pour mettre au pas ces énergumènes. Depuis, le calme règne, hormis quand une ONG au financement américain se mêle de promouvoir un agitateur déguisé en journaliste, une sorte de Zélenski à la sauce volga.

Quoique vous en pensiez, Poutine est un grand progrès sur le devenir « démocratique » de la Russie. Songez donc plutôt à ces agitateurs chevronnés si prompts à l’intervention hors de toute autre légitimité que leur bon-vouloir (et leur intérêt), si prompts à crier à la démocratie, mais qui ont du bourrer les urnes pour reprendre la main à un patriote qui, tiens, comme vous, envisageait plus tom Sawyer que l’oncle Sam! De saints hommes, qui comme le diable, osent lier Dieu à leur projet! Je parie que vous avez compris de qui je parle…
Leur projet, justement, est, et a toujours été de mettre la main sur les ressources russes avant les chinois en détruisant la Russie après avoir fait tomber l’URSS. La guerre froide n’a jamais cessé, malgré les mains tendues de Poutine.
Le coup des oligarques ayant foiré, il ne leur reste qu’à ériger Poutine, le responsable de cette foirade, en nouvel ennemi principal, et de le provoquer pour qu’il entame l’affrontement!
Vous parliez de Chirac qui aurait pu, en bon diplomate, faire la moitié du chemin sur la voie d’un accord pour une Europe de Brest à Brest-Litovsk, ou à défaut, de l’Atlantique à l’Oural. Mais non, Chirac, sous influence américaine avant son sursaut de dignité sur la Syrie, n’y a pas consenti. L’entrée de la Russie dans l’Europe fut donc enterrée.
Et sa demande d’entrer dans l’Otan, histoire de faire tomber l’utilité de la chose? On comprendra aisément le véto des américains, c’était contraire à leur projet.
Après le veto, la provocation, déguisée en auto-détermination des peuples. Il y a donc eu entrée d’ex-satellites, « auto-déterminés » à entrer dans l’Otan par la livraison de quelques armes, à une telle allure que Poutine a dû y mettre le hola!
Ce fut le discours de Munich. Peau de balle de la part des américains , qui ont commencé à manœuvrer l’autodétermination d’un peuple ukrainien envieux de l’eldorado européen dans une direction occidentale, UE et Otan, la totale. Les américains soutenant un Zélenski nécessairement corrompu pour suivre une feuille de route dictée par la CIA, et massacrant, par pure grandeur d’âme la composante russophone de son pays tout en criant sa veine patriotique! Au point que le sensible occident, à force réveillé par les appels des russes, s’en émeut, ce sont alors les accords de Minsk, I et II, également assurés par la parole de garants… Et également ignorés par l’Ukraine, pourtant le bon élève supposé de la classe. Au point que poussé à bout, Poutine a cru bon de rappeler à l’ordre cette nation dévolue à un rôle de tampon de neutralité par sa seule géographie.
Maintenant et encore, la provocation continue, l’Otan livre des armes ouvertement, des soldats de ses rangs « s’engagent » comme mercenaires pour mettre en œuvre ces armes , et BoJo croit encore à une victoire possible en cassant d’un ton certainement voulu churchillien une éventuelle unité de l’UE en faveur d’une solution négociée. Les anglais veulent-ils la guerre totale?

Une vraie tentation pour des missiles Satan II…

Heu, pensez que si la Russie prend l’initiative de raser un pays aussi hostile, elle devra supprimer les tentatives de riposte de ses voisins français, ainsi qu’adresser une solide avoinée aux centres de commande américains. Tel qui peut raser un pays peut retourner un bunker.

Gloire à l’irresponsabilité et au deux poids/deux mesures des forts en gueule qui devraient commencer par se mesurer la bite!!

JMDaubrege