Shutterstock
Shutterstock

Lorsque nous regardons l’état du pays ou de notre continent, nous pouvons constater sans aucun doute une certaine aisance matérielle. Mais lorsqu’il s’agit de mesurer culture, spiritualité et valeurs, les résultats sont beaucoup plus hésitants.

Dans notre société patriarcale traditionnelle, la culture et les valeurs se transmettaient le plus communément par l’entremise du père. En 1914-1918, lorsque celui-ci vint à manquer – et ne jamais revenir – les femmes furent trop occupées à sauver les finances familiales et l’industrie du pays pour s’occuper à tenter de transmettre culture, spiritualité et valeurs. Depuis, personne n’a pris le relai.

Pourtant, la nature à horreur du vide. C’est une évidence implacable. Alors en absence de culture, on récupère les jeunes auteurs talentueux mais insipides qui font la joie des boutiques Lagardère sur les quais de gare. En absence de spiritualité, on se coltine les “grands frères”, qui ont le bourrage de crânes facile et l’envoi en mission véloce. En absence de valeurs transmises de la chaire du père vers le coeur des petits enfants, on obtient une bouillie de slogans qu’on étiquette abusivement “valeurs”. Bref, en absence de bois, on se retrouve avec du plastique.

Si nos parents n’ont pas su transmettre, si nous avons du nous reconstituer une culture politique, religieuse, sociale, au moins avons-nous maintenant un corpus que l’on peut partager pour le transmettre. Et c’est urgent. Lorsque la société part en déliquescence, que l’Etat s’effrite, que l’impossibilité de vivre dignement de son travail devient le lot commun, alors la culture, la spiritualité et les valeurs peuvent sauver la société.

Il est urgent de transmettre. De proche en proche. En organisant des salons, en rencontrant des amis en tête-à-tête, en répondant à tout et à chacun, en donnant de son temps. Il faut répondre à la soif de réponses. Il faut offrir des trésors à ceux qui quêtent.

La culture française, le savoir-vivre et les usages, les exemples de vies chrétiennes, les auteurs dont la sagesse a tapissé les quatre millénaires précédents, tout ceci a une valeur intrinsèque bien supérieure à n’importe quelle offre post-moderne.

Ne l’oublions pas, et transmettons, transmettons, transmettons !

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote