DR
DR

L’arrêt de la Cour européenne de justice et de la Commission européenne sur la loi “Stop Soros” vise à conduire la Hongrie à laisser entrer les migrants, mais leurs efforts ont échoué car “la forteresse Hongrie est toujours debout”, a déclaré la ministre hongroise de la justice au Frankfurter Allgemeine Zeitung.

L’arrêt rendu mardi par la CJCE, à savoir que la criminalisation par la Hongrie de l’aide apportée aux personnes qui déposent leur demande d’asile enfreint le droit communautaire, est “totalement déroutant”, a déclaré Judit Varga dans une interview publiée dans l’édition de samedi du journal.

“Ils attaquent la loi qui est censée protéger l’Europe de la migration illégale”, a-t-elle déclaré.

“Néanmoins, nous ne laissons pas entrer les migrants ; la forteresse Hongrie tient toujours !”, a déclaré la ministre.

Faisant référence à la situation le long de la frontière de la Pologne avec la Biélorussie, Mme Varga a salué les déclarations des politiciens européens “qui s’opposaient auparavant à l’idée des clôtures mais qui la soutiennent maintenant”.

Elle a qualifié d’“irrationnel et moralement douteux” le fait que la Hongrie soit menacée d’amendes et de procédures d’infraction pour ce que d’autres pays sont autorisés à faire.

La ministre de la Justice, M. Varga, a déclaré que la Cour de justice de l’UE souhaitait que la Hongrie soutienne la traite des êtres humains, mais le gouvernement Orbán “défendra l’Europe, que cela plaise ou non à la bulle bruxelloise.”

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote