DR
DR

Le philosophe Rémi Brague a répondu à quelques questions du Figaro sur la distinction « Islam / Islamisme ». Extraits :

On entend très souvent que l’islamisme représente une petite minorité qui n’a rien à voir avec l’islam. Est-ce le cas et faut-il faire la distinction entre islam et islamisme?

Rémi BRAGUE. – (…) Si l’on parle des philosophes, c’est quand même Averroès qui a écrit « il faut tuer les hérétiques », et pas dans une œuvre juridique mais philosophique. Ibn Arabi semble partager dans ses écrits la vision édulcorée de l’islam que Richard Malka décrit, mais lorsqu’il est consulté en tant que juriste, il insiste pour que l’on applique de manière très stricte des règles qui ont explicitement pour but de maintenir les communautés non musulmanes vivant en territoire musulman dans une sorte d’humiliation permanente. Il n’y a donc pas deux conceptions hétérogènes.

La différence est assez difficile à tracer entre islam et islamisme, c’est une différence de degré plutôt que de nature. L’islamisme est un islam impatient, et l’islam un islamisme patient. Mais je me demande si le but dernier ne serait pas le même pour les deux. La véritable différence n’est pas entre islam et islamisme, mais entre la religion islam/islamisme, et les musulmans de chair et d’os qui ont envers l’islam une attitude qui peut varier, de l’adhésion sans réserve à un vague sentiment d’appartenance.

Rémi Brague, êtes-vous d’accord avec cette idée que les religions ne sont pas figées par les textes et sont ce que les hommes en font?

Rémi BRAGUE . – (…) On peut aisément montrer que l’inquisiteur Torquemada a trahi l’Évangile, mais bien moins facilement que Daech trahit le Coran. Et il faut voir la difficulté qu’ont eue les gens d’al-Azhar à émettre une condamnation envers les djihadistes, parce que Daech leur disait « lisez la biographie du Prophète, c’est exactement ce que nous faisons ». On peut citer l’exemple du malheureux pilote jordanien qui a été brûlé vif par Daech, et là il y a eu une discussion avec les gens d’al-Azhar qui ont dit « non, il fallait juste lui couper une main et un pied, seul Dieu brûle les pécheurs en enfer ». Daech a donc répondu qu’un compagnon du Prophète avait brûlé vif ses adversaires, et que ça ne pouvait donc pas être entièrement mauvais.

Print Friendly, PDF & Email