Alexandros Michailidis / Shutterstock
Alexandros Michailidis / Shutterstock

L’ancien premier ministre Bernard Cazeneuve a prononcé le discours de clôture de la deuxième édition des Conversations Tocqueville consacrée à «L’avenir des nations». En voici les extraits significatifs.

Cette année, vous avez choisi d’approcher la crise de la démocratie sous un angle différent, celui du retour des nations dans l’horizon de nos préoccupations, face aux grands défis contemporains. Le sujet n’est d’ailleurs pas sans lien avec les crises que nous affrontons, dès lors que les questions fondamentales que celles-ci nous posent sont bien celles de la communauté de destin – autrement dit, la Nation – que nous sommes capables de former en France, non seulement dans le contexte d’inégalités sociales et territoriales qui demeurent à l’échelle nationale, mais aussi dans le contexte d’une mondialisation avancée qui perturbe les modes de vie, fragilise les cultures nationales, déséquilibre les territoires et entraîne une concurrence féroce entre les États – une concurrence souvent même déloyale – à l’échelle internationale. Il y a toujours dans la masse de ceux qui parlent et qui pensent, des individus qui préfèrent le nationalisme à la Nation. Ils font incontestablement plus de bruit mais ils se trompent.

C’est donc ce retour des nations au tout premier plan de la scène internationale que nous devons interroger hier et aujourd’hui. Des nations en tant qu’acteurs majeurs de l’ordre ou du désordre mondial. Un désordre dont nous avons constaté un nouvel épisode ces derniers jours, avec l’aggravation des tensions entre les États-Unis et l’Iran.  (…)

L’Union européenne s’est alors bâtie autour d’un consensus institutionnel reposant sur l’indifférence, la défiance, voire parfois la disqualification des nations, au point que certains ont rêvé à haute voix d’une Europe «post-nationale». Je pense notamment au philosophe allemand Jürgen Habermas. Jacques Delors a eu beau inventer le concept oxymorique de «fédération d’Etats-nations» pour qualifier la nature du projet européen, il n’en demeure pas moins que c’est l’idée même de Nation qui s’en est trouvée contestée. Ainsi, lorsqu’en 1995, depuis l’hémicycle du Parlement de Strasbourg, François Mitterrand a rappelé aux peuples européens que «le nationalisme, c’est la guerre», beaucoup ont vite fait de tordre la signification de son propos, confondant sciemment nation et nationalisme afin de congédier la première en l’assimilant au second.

Ces grands paradigmes que je viens de rappeler à grands traits sont aujourd’hui, comme je l’ai dit, largement remis en cause. Pour quelles raisons?

Je crois que l’Europe, au cours de ces dernières années, n’a pas assez tenu compte des réalités nationales, de la pérennité et de la profondeur du fait national – héritage de l’Histoire -, de la puissance des intérêts nationaux, que l’on a même eu tendance à occulter ou à sous-estimer. Sans doute en payons-nous le prix aujourd’hui. Car l’identité singulière des peuples, la prégnance de leurs histoires respectives, certes enchevêtrées les unes dans les autres, constituent des réalités fortes qui persistent à structurer nos façons collectives d’être au monde et d’habiter le monde.


Puisque vous êtes ici...

Chers amis,

Vous êtes désormais des dizaines de milliers chaque jour à lire La Lettre Patriote !
Maintenir ce service en toute sécurité a un coût de plus en plus important, et nous avons besoin que chacun nous aide dans la mesure de ses moyens.

Tous les patriotes doivent nous rejoindre pour que jamais notre voix ne se taise !

Pour cette raison, nous avons mis en place quatre types d'abonnements.

Vous pouvez choisir le plan qui vous correspond et vous abonner directement par carte bancaire EN CLIQUANT ICI.

Merci !
Julien Michel