DR
DR

Le président de l’Association des maladies rares et de l’autisme, Mouloud Moutchou, a révélé que plus de 270 maladies rares ont été recensées en Algérie, tout en expliquant que la consanguinité demeure la raison de bon nombre d’entre elles.

M. Moutchou a expliqué que les regions qui comptaient le plus de cas étaient celles de Tizi Ouzou, Bejaia, Ghardaia et Jijel, où les mariages consanguins sont légion. Ainsi, 35% des cas recensés dans ces régions sont directement dus aux mariages consanguins, a-t-il ajouté.

Toujours selon la même source, les mariages consanguins sont un facteur de transmission d’îlots de pathogénicité, suite au transfert d’îlots génomiques entre les générations successives.

L’intervenant n’a pas manqué de déplorer le fait que ces maladies demeurent méconnues en Algérie, tout en estimant que les pouvoirs publics devraient accorder plus d’attention à cette catégorie, d’autant plus que les moyens de diagnostic précoce et les centres de prise en charge psychologiques sont inexistants dans la majorité des régions du pays.

Pour sensibiliser l’opinion publique, M. Moutchou a tenu à citer certaines de ces maladies recensées en Algérie, parmi lesquelles les troubles de l’immunodéficience primaire monogénique rare, les maladies métaboliques héréditaires (MMH), la sclérodermie systémique, le syndrome de Gougerot Sjögren, les maladies héréditaires du sang, la maladie de Wilson, le syndrome de Rubinstein-Taybi, mais également l’Intoxication rare aux opioïdes.

Les statistiques officielles et les recherches sur les pays musulmans montrent une consanguinité qui atteint 70% au Pakistan, 67% en Arabie saoudite, 64% en Jordanie, au Koweit et dans les pays du Golfe, 40% en Libye, 39% en Tunisie, 33% en Egypte, ou 25 à 30% en Turquie (Reproductive Health Journal, 2009 Consanguinity and reproductive health among Arabs.)

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Michelle Hermabessière
Michelle Hermabessière
18 jours il y a

Et encore l’article ne cite pas la drépanocytose…maladie génétique qui atteint une forte proportion de ces populations…

Gérard BESSON
Gérard BESSON
18 jours il y a

C’est sans doute une raison de plus, que leurs jeunes males viennent en France, pour semer leurs semences dans les ventres des petites françaises dont les parents sont certainement des anciens colonisateurs de leur beau pays.
En plus, ils savent ce que leur ancien président « du FLN historique » avait dit concernant les ventres de leurs femmes pour conquérir la France méchante colonisatrice.
Nous, on a la prophétie de l’Ecclésiaste qui nous annonce : « Malheur au pays dont le prince est un enfant ».
Et eux ils ont en miroir l’expression : « Malheur au pays dont les présidents sont des révolutionnaires permanents ».