Shutterstock
Shutterstock

Le débat du projet de loi britannique sur l’immigration a débuté lundi 19 juillet, alors qu’au même moment un nombre record de migrants arrivait sur les côtes du Royaume-Uni après avoir traversé la Manche.

« Nos priorités sont les priorités du peuple », a déclaré le secrétaire d’Etat britannique à l’Intérieur devant la Chambre des Communes, rappelant que « pour la première fois depuis des décennies, nous déciderons qui entre et qui sort de notre pays ».

Le secrétaire d’Etat a notamment dénoncé un système instrumentalisé par les criminels étrangers pour éviter l’expulsion via des actions tardives : « Encore et encore, nous voyons des meurtriers, des violeurs et des pédophiles lancer des requêtes de dernière minute pour rester dans le pays. Ce n’est tout simplement pas juste. »

« Assez d’un système d’asile défaillant qui coûte au contribuable plus d’un milliard de livres par an. Assez d’embarcations arrivant illégalement sur nos côtes, dirigées par des gangs du crime organisé. Assez de gens qui se noient dans ces voyages dangereux, illégaux et inutiles. Assez de personnes trafiquées et vendues en esclavage moderne. Assez de migrants économiques se faisant passer pour de véritables réfugiés. Assez d’adultes se faisant passer pour des enfants pour demander l’asile. Assez de gens essayant d’entrer illégalement, avant ceux qui respectent les règles », a argumenté Priti Patel devant les parlementaires.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote