DR
DR

Le saint père a créé ce samedi de nouveaux cardinaux. Ils ont un point commun : ils pensent comme lui. Le message est clair : l’Église que dessine le pape est engagée auprès des plus pauvres – surtout s’ils ne sont ni catholiques ni Européens -, elle est amie de l’islam et elle milite pour l’écologie dans sa version Greta.

Le pape a donc pioché dans ses thuriféraires les plus fervents pour les habiller de rouge.

Mgr Michael Louis Fitzgerald (qui ne sera pas électeur car il a déjà 82 ans) avait été envoyé comme nonce en Égypte par Benoît XVI qui goûtait peut son attrait pour Mahomet. Le faire Cardinal est un geste symboliquement fort de la part du pape Bergoglio.

Le père Michael Czerny, 73 ans, est un jésuite canadien, actuel sous-secrétaire de la section migrants et réfugiés du dicastère pour le Service du développement humain, mais aussi secrétaire spécial du synode sur l’Amazonie en préparation, dont il se murmure qu’il sera l’occasion pour le Pape d’avancer de nouvelles réformes contraires au magistère de la sainte Église catholique, apostolique et romaine. Le père Czerny est aussi l’une des plumes de l’encyclique Laudato si sur l’écologie. Il n’est même pas évêque…

Mgr Matteo Zuppi, 63 ans, archevêque de Bologne, est l’un des membres éminents de la communauté Sant’Egidio, cette communauté qui a les faveurs du Pape.

Un autre adepte du dialogue avec l’islam a été aussi reçu dans le collège cardinalice : Mgr Miguel Angel Ayuso Guixot, 67 ans, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux mais aussi plume de la très new-age «déclaration pour la Fraternité humaine», que François a signée avec l’université islamique de al-Azhar du Caire, à Abu Dhabi au printemps dernier.

Enfin, on notera parmi les élus Mgr Ignatius Suharyo Hardjoatmodjo, 69 ans, archevêque de Jakarta (Indonésie), grand partisan du pouvoir donné aux conférences épiscopales dans l’Église contre le pouvoir de Rome.

Bref, une série de catastrophes. Une entreprise précise et efficace de destruction de l’Église.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote