Shutterstock
Shutterstock

Un dispositif permet aux parents d’élèves qui le souhaitent de demander des cours de langue étrangère dans le temps périscolaire pour leurs enfants. Deux écoles de la ville étaient candidates pour des cours d’arabe. Eric Le Dissès, le maire, refuse catégoriquement.

C’est une question de principe“. Le maire de Marignane est catégorique, il ne veut pas des cours de langue arabe sur le temps périscolaire dans ses écoles. “Ce serait du chinois ou que sais-je encore, ce serait pareil” affirme le premier magistrat de la ville.

Pour Eric Le Dissès, qui a répondu à nos confères de France Bleu, il n’en n’est pas question : “c’est à la charge de la mairie, c’est moi qui décide et c’est non. Nous dépensons  déjà beaucoup d’argent en subventions à des associations qui luttent contre l’analphabétisme pour des publics qui parlent mieux l’arabe que le français. Ça me parait totalement illogique de donner parallèlement des cours de langue arabe dans les écoles. Ce n’est pas aux écoles de la république de faire cela mais aux familles.”

Eric Le Dissès a par ailleurs peu apprécié que ce soit le consulat d’Algérie de Marseille qui ait désigné le professeur pour dispenser les cours : “Qu’on arrête un peu l’hypocrisie, dans ces cours, on en profite pour aborder et enseigner la religion“.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote