DR
DR

La «vision stratégique» présentée aux députés de la commission de la défense n’est pas optimiste. Un conflit majeur – entre États – ne serait plus à exclure.

Élaborée avant la crise sanitaire, la «vision stratégique» présentée mercredi aux députés de la commission de la Défense par le Chef d’État-Major de l’Armée de Terre (CEMAT), le général Thierry Burkhard, dépeint un panorama sombre de l’avenir auquel ses 115.000 hommes doivent se préparer.

«Nous avons besoin d’une armée de terre durcie prête à faire face à des chocs plus rudes», a-t-il confié à la presse.

«Le monde évolue assez vite et assez mal», explique le général en s’inquiétant de l’accélération du tempo des conflits et d’une «remilitarisation sans complexe». «Nous imaginions une situation en 2035… Mais en 2020, un certain nombre de cases sont déjà cochées», prévient-il. «Nous sommes à la fin d’un cycle de conflictualité», poursuit-il.

Serons-nous prêts ?

Print Friendly, PDF & Email