Shutterstock
Shutterstock

L’Agence française de développement a également consacré plus de 4 milliards d’euros au continent africain afin de contrer les effets liés aux chocs sanitaire et économique.

« 2020 a été une année hors norme marquée par une crise majeure », a souligné Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD), en présentant le 13 avril les résultats de son groupe. Pour la première fois depuis une dizaine d’années, celui-ci a connu une baisse de ses engagements revenus depuis son record de 14,1 milliards d’euros en 1919 à 12,1 milliards en 2020.

En revanche, les paiements des projets ont encore progressé passant d’une année sur l’autre de 6,5 milliards d’euros à 8,8 milliards (+36 %) pour faire face aux chocs sanitaire et économique subis par les pays en développement. À titre d’exemple, cela a permis de raccorder à l’eau 3,5 millions de personnes et 7,4 millions à l’électricité.

Compte tenu des séquelles sanitaires et économiques de la pandémie, il est probable que les engagements de l’AFD plafonneront, en 2021, autour de 12 milliards d’euros et concerneront un millier de projets de toutes tailles, comme en 2020.

Jeune Afrique

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote