Photo by Norbu Gyachung on Unsplash
Photo by Norbu Gyachung on Unsplash

L’impression est affolante. Cette certitude que plus rien n’est sous contrôle, que des pans entiers de la société s’affrontent les uns les autres, cette évidence que de deux France ennemies depuis 1789, nous sommes passés à une galaxie de micro-France qui se détestent les unes les autres.

Il y a urgence. Extrême urgence. Il faut recoudre tout ce qui se déchire.

Twitter, voulu objet de communication, est devenu le réceptacle de toutes les haines, un sorte d’égout des déjections de la société, un endroit où s’arrête toute pensée construite, un défouloir, un crachoir, où la médiocrité s’ajoute à la bêtise, l’idiotie à l’inculture. Je serais @jack, j’aurais honte.

Les églises partout en France prennent feu les unes après les autres. Comme si le christianisme, moribond sous nos contrées, représentait encore quelque chose pour ses ennemis.

Les Gilets jaunes ne sont peut-être plus massivement dans la rue, mais la détestation du peuple pour le pouvoir ne fait qu’aller grandissant. Il est certain que si le Président de la république tombait dans les mains de manifestants, il n’en ressortirait pas vivant. Est-ce une situation normale ?

Nous le répétons sans cesse : rien de bon ne peut émerger d’un tel niveau de haine.

Ce week-end, des pèlerins normands qui partaient vers Pontmain, lieu d’apparition de la Vierge en Mayenne, ont été violemment pris à partie (enfants y compris), par des manifestants cagoulés : vraisemblablement l’extrême gauche s’en prenant à des catholiques. Est-ce normal ?

Tout est désormais devenu sujet à affrontement. Entre les éternels offusqués, les agressifs permanents qui n’apprécient jamais rien, les associations qui font leur beurre contre la liberté d’expression, la radio d’État qui se délecte de heurter le plus possible les Français – en utilisant leur argent -, rien n’est plus paisible.

À la lecture même du présent article, il est certains que des lecteurs auront la gâchette rapide pour dénoncer “mais enfin, tout ça est de la faute de…” ajoutant en fin de phrase celui ou ceux qui leur déplaît.

Ce n’est pas ainsi qu’on résout les problèmes d’un pays.

Les problèmes sont bien réels, et les Gilets jaunes ne sont pas apparus sans raison. Les manifestations contre la réforme des retraites ne sont pas que le fait de syndicats qui y voient une opportunité pour se refaire une santé. Non, une partie du peuple est bel et bien dans la rue.

Alors quoi ? Ajouter les haines aux haines n’a jamais rien permis de construire. C’est par une action positive et des démarches positives que l’on peut remettre le pays sur les rails. Interrogez autour de vous ceux qui ont eu le malheur de connaître l’une des guerres civiles récentes – l’ex-Yougoslavie, par exemple. Écoutez leurs témoignages. Vous serez alors convaincus que l’affrontement n’est jamais une solution à espérer, mais toujours à redouter.

Nous, ici, continuerons de mettre en valeur ce qui rassemble. Et vous ?

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote