DR
DR

Les instincts allemands d’hégémonie, qui se sont exprimés dans l’Histoire de diverses façons, n’ont en aucun cas disparu. Le pays de Goethe se pense tellement supérieur aux autres nations européennes, affichant pour elles un tel mépris, qu’il devient de nouveau extrêmement difficile d’imaginer un futur commun paisible. Non, il faut décidément dire les mots, même lorsqu’ils heurtent : nous sommes dans un conflit larvé avec l’Allemagne.

La création de la monnaie unique ayant été faite sur mesure pour l’Allemagne, et l’euro faussement identique entre les petits pays pauvres et les grands pays industriels, l’Allemagne a facilement pris la tête de l’économie de l’Union européenne.

Aujourd’hui, son mépris à l’égard de la France ne se cache même plus. De la classe politique jusqu’au peuple allemand lui-même, plus personne ne masque ses sourires amusés lorsqu’il s’agit de l’Hexagone. La France, donneuse de leçons au monde entier, incapable de relever son économie, incapable de tenir son peuple, incapable de se garder une industrie…

On connaît l’Histoire : après le mépris vient l’envie d’écrasement.

Or, si l’Allemagne intime à tous les pays membres de l’U.E. de “jouer Europe”(entendez : ne pas jouer chauvin/nationaliste), elle-même s’autorise des attitudes et des pratiques qui ne relèvent d’aucune synergie ni solidarité européenne, bien au contraire. L’Allemagne, ordonnant aux autres de jouer collectif, ne joue que pour l’Allemagne.

Le temps est donc venu de lui mettre une petite gifle sur le museau. Mais comment faire ? Personnellement, je serais bien évidemment partisan d’une opération militaire, car c’est in fine le seul langage que comprennent nos voisins ; la force. Je crois que l’Histoire des nations s’écrit au fil de l’épée. Lorsque celle-ci passe trop de temps au fourreau, le sang de la nation s’affadit, et le pays meurt d’une mort lente mais certaine.

Mais aucun chef d’État français ne se lancera dans une telle aventure; ils ne sont plus assez rustiques ni cultivés pour comprendre cet aspect des choses.

Reste l’économie. Oui, quitter la zone Euro serait déjà un soufflet magistral au nez des Allemands. Casser la monnaie unique – leur jouet impérialiste – serait un bon début pour reprendre le dessus sur “le couple franco-allemand”, cette idiotie qui n’a jamais existé.

Pendant que les médias perdent leur temps à haïr Poutine – principalement parce qu’il aime le pays dont il a le destin en main – ils ne voient rien de la guerre qui a déjà commencé entre la France et l’Allemagne. C’est une constante des pacifistes béats : ils se sont toujours trompés d’ennemi. Et n’ont jamais rien vu venir…

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote