La thèse selon laquelle “la crise ne changera rien tout repartira comme avant mais en pire” n’a pas que des partisans, et nombreux sont désormais nos compatriotes ruinés, inquiets, qui pensent à exiger un parlement à la proportionnelle et un examen de conscience en profondeur.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote