Shutterstock
Shutterstock

«Il ne faut pas oublier que toutes ces juridictions sont soumises à un effet de masse qui n’existe nulle part ailleurs qu’en Île-de-France. À Créteil, le stock de jugement à éditer ou à ramener à exécution est particulièrement critique», reconnaît Rémy Heitz, le procureur général de la cour d’appel de Paris.

En effet, selon nos confrères du Figaro, dans la juridiction du Val-de-Marne, plus de 12.000 décisions pénales sont en attente d’exécution, pour 6.390 décisions rendues en 2021. Soit deux ans de stocks. Stéphane Hardouin, nouveau procureur arrivé en ce début d’année 2022 à la tête du parquet de Créteil, fait les comptes : « 6.700 jugements correctionnels sont à la frappe ou signés, mais pas encore transmis à nos services d’exécution. Et 5.661 jugements sont en attente d’exécution, le plus ancien datant du 8 janvier 2019 . Le taux de couverture était, avant cette date, de 80 %, il est désormais de 58,7 % . Nous priorisons bien entendu les contentieux, comme les violences conjugales, qui représentent 233 dossiers à exécuter et 46 dossiers de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité », affirme-t-il.

Autrement dit, comme dans d’autres juridictions, Créteil a inventé des circuits courts pour toujours traiter en priorité les contentieux les plus graves, qu’il s’agisse du jugement ou de l’exécution. Un désastre.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote