Capture Cnews
Capture Cnews

Nous reproduisons ici le texte intégral de l’éditorial prononcé par Laurence Ferrari sur CNEWS le 28 novembre 2023.

Ainsi donc il n’y aurait pas dans l’air un petit parfum de guerre civile. La France serait toujours ce pays de cocagne où il fait bon vivre, où les jeunes pourraient danser dans les bals populaires avec insouciance et légèreté, où toutes les communautés qui composent la belle nation française vivraient dans une harmonie heureuse et pacifique.

Désolée, mais cette image d’Épinal ne correspond plus à la réalité de ce que vivent nos compatriotes.

Ces Français de tous horizons qui ont été choqués, révoltés par la mort du jeune Thomas à Crépol, qui – non, désolée – ne sont pas d’extrême-droite et qui en ont marre de se faire insulter et montrer du doigt par cette gauche bien-pensante qui nous a conduits, par son laxisme et sa lâcheté, à la situation présente ; cette voix, que l’on entend sourdre dur pays profond, c’est peut-être celle de la France des clochers et des campagnes, mais c’est aussi celle des braves gens qui habitent les quartiers populaires aussi, ceux qui se lèvent tôt le matin pour aller bosser, ceux qui n’en peuvent plus de la délinquance et des agressions gratuites.

La violence, elle est là, bien réelle, nonobstant les rodomontades de ceux qui nous gouvernent et qui ont mis plus de dix jours à tourner casaque et à comprendre enfin l’onde de choc provoquée par la mort de Thomas.

Il est temps de se réveiller, en espérant qu’il ne soit pas déjà trop tard.

Print Friendly, PDF & Email