Shutterstock
Shutterstock

Comment s’assurer que la presse grand public reste bien aux ordres des post-modernes et des ultra-progressistes ? Il suffit de lui donner la becquée.

Ainsi, l’exécutif a profité de la crise de la Covid pour décider des mesures d’urgence en catimini le 30 juillet, pour un total de 106 millions d’euros.

Mais ce n’est pas tout : pour accompagner les transitions écologique et numérique du secteur (on ne rit pas !) l’État va également mettre en place un plan de 377 millions sur deux ans !

Vous grimacez ? Lisez ce qui suit : Des crédits de 18 millions par an accompagneront la réforme des imprimeries et un fonds stratégique pour l’innovation sera accru de 50 millions d’euros par an. Ces subventions s’ajouteront aux 840 millions annuels d’aides à la presse !

Décidément, l’argent des impôts des Français est distribué avec largesse aux ennemis du peuple !

Et pendant ce temps-là, la véritable presse, celle qui ne raconte que la vérité, ne vit que par la générosité de ses lecteurs. La Lettre Patriote vit grâce aux abonnements. Avez-vous pris le vôtre ? Cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote