Shutterstock
Shutterstock

Les citadins qui s’installent à la campagne commencent à vraiment devenir insupportables. On ne compte plus les coqs attaqués en justice pour leur réveil trop matinal au goût de ces personnes fraîchement arrivées à la campagne ! Jusqu’ici, ce n’était que ridicule. Mais là, nous sommes en face d’un cas qui met en danger une exploitation agricole, pour des motifs honteux.

Comme le rapporte LCI, un agriculteur a été condamné, mercredi 20 novembre, par la Cour de cassation de Limoges au versement d’une amende de 8000 euros après un long combat judiciaire !

Nicolas Bardy, éleveur de vaches à Lacapelle-Viescamp, avait été attaqué en justice il y a huit ans par un couple de retraités stéphanois venu s’installer à la campagne près de son exploitation. Le problème ? Ses voisins estiment que les vaches de l’agriculteur se situent trop près de leur maison et dégagent des odeurs qu’ils considèrent comme des nuisances olfactives.

Une décision qui suscite le désarroi de l’agriculteur, qui avait pourtant tout fait pour trouver un compromis. « On avait fait des efforts pour essayer de trouver des solutions. On avait déménagé le siège de l’exploitation, construit un bâtiment neuf à un kilomètre de leur maison, donc je ne pense pas que ça les gêne beaucoup », s’est insurgé Nicolas Bardy au micro de Totem, une radio locale.

« Ce n’est pas facile de sortir une telle somme aussi vite », a confié l’agriculteur au micro de nos confrères de TF1. L’éleveur reste malgré tout très reconnaissant pour le soutien populaire qu’il a reçu. En effet, une pétition en ligne a été lancée et a récolté plus de 120 000 signatures sur le site change.org. Une cagnotte a également été créée pour l’aider à régler cette amende. « Nous sommes condamnés pour des nuisances olfactives qui ne sont pas des choses extraordinaires à la campagne », a constaté Alexandre Bardy avec amertume.

Pour un agriculteur, en France, en 2019, sortir ainsi 8.000 euros, c’est une gageure. Encore une fois, il faut pour cela remercier un petit juge…

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote