Alain Juillet se penche sur la Turquie et la stratégie géopolitique de son président, Recep Tayyip Erdogan.

L’incident récent en Méditerranée orientale entre une frégate française et des navires de guerre turcs est symptomatique de ses méthodes.

Selon l’ancien haut responsable à l’Intelligence économique, le président turc «raisonne uniquement en rapport de force» et «va toujours à la limite avec ses adversaires en étant convaincu que jamais ils ne réagiront au bras de fer qui leur est imposé». Il a, par exemple, fixé des frontières maritimes avec la Libye au mépris du respect des eaux territoriales des pays voisins et malgré les protestations et les sanctions de l’Union européenne. Recep Tayyip Erdogan «considère l’Europe comme un adversaire qu’il a toujours réussi à faire plier en pariant qu’il n’y aurait jamais d’escalade avec des alliés».

Que ce soit en Europe avec «son utilisation politique de l’immigration», en Syrie où il a tenté de transformer la province d’Idleb en «base permanente de reconquête du pays» ou en Libye, où il alimente le conflit entre les deux factions à la tête du pays, le leader turc «n’hésite pas à se mettre sur la ligne rouge pour forcer le destin».

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote