DR
DR

Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, est revenu sur les violences qui ont éclaté devant le Stade de France, en marge de la finale de la Ligue des Champions.

Alors qu’il recevait une cinquantaine de policiers et gendarmes réquisitionnés pour le dispositif du week-end à la préfecture de police ce vendredi 3 juin, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, est revenu succinctement sur la soirée au Stade de France – émaillée de violences, samedi 28 mai, en marge de la finale de la Ligue des Champions.  « J’assume l’entière responsabilité de ce qu’il s’est passé. Je suis le chef, c’est à moi d’en assumer les conséquences, pas à vous », a-t-il lancé aux commissaires et aux officiers réunis autour de lui, selon nos informations. Avant de s’opposer au déni du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, sans le citer : « Certains découvrent que le Stade de France est en Seine-Saint-Denis, nous on le sait depuis longtemps ».

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 5 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote