DR
DR

Un territoire limité – l’académie de Lyon – et un public très précis : des élèves de sept lycées. Mais l’émotion est vive en leur sein : lundi 11 juillet, certains d’entre eux ont vu leurs notes supposément définitives, à l’oral, baisser d’un point, après l’affichage des résultats sur le site Internet Cyclades.

«Outre la déception, nous trouvons la méthode particulièrement inique et révélatrice de la tendance actuelle au nivellement par le bas», témoigne un parent d’élève de Sainte-Marie de Lyon. C’est une bien mauvaise surprise à laquelle ont eu droit de nombreux élèves de 1ère de l’académie lyonnaise, lundi 11 juillet. «À la publication des résultats à 10 heures, elle avait 17. À 17 heures 30, la note est passée à 16, sans aucune explication» poursuit-il. De quoi susciter la colère de parents et de lycées qui se sont empressés de demander des explications au rectorat de Lyon, sans succès à cette heure.

Les témoignages recueillis concernent des élèves ayant obtenu de très bons résultats, scolarisés dans au moins deux lycées privés de Lyon, les Maristes et le lycée de la Favorite. Ils se sont connectés lundi 11 juillet au matin sur Cyclades, le site de publication des résultats, crédités à ce moment-là de notes de l’ordre de 17 ou 18. Quelques heures plus tard, rebelote, nouvelles connexions… et nouvelles notes. Rabotées d’un point par rapport aux notes initiales, le plus souvent dans l’épreuve orale. Alors que dans le même temps, des candidats ayant obtenu de moins bonnes notes, proches de 10, se sont vus crédités d’un point supplémentaire.

Cela ressemble drôlement à un coup de la commission d’harmonisation, dont le rôle est de s’assurer qu’il n’y ait pas de trop grandes disparités entre les paquets de copies. Pour éviter de léser ceux dont le correcteur aurait eu la main un peu lourde. Ou pas assez. Mais ces commissions d’harmonisation, comme le rappelle le ministère de l’Éducation nationale, se tiennent en amont de la publication des résultats. Le processus d’harmonisation des notes est censé être irrévocablement achevé lorsque les notes sont mises en ligne sur Cyclades. L’hypothèse la plus probable est celle d’une erreur de manipulation de la part du rectorat de Lyon qui a pu diffuser dans un premier temps les notes non harmonisées, avant de corriger le tir quelques heures plus tard. L’académie n’a pas encore fourni d’explication. Mais comme le souligne une mère de famille dont la fille s’est vue retirer un point à l’oral, «ce sont les candidats qui en pâtissent». La rectification des notes ex post ne passe pas: «Ma fille a beaucoup bossé, ça lui gâche un peu son plaisir. Qu’ils fassent leur petite cuisine dans leur coin…».

Combien, exactement ? Difficile, à ce stade, de le savoir précisément. Le Figaro, qui s’est, le premier, fait l’écho de ces dysfonctionnements, a recueilli des témoignages d’élèves et de leurs familles scolarisés dans au moins deux établissements privés de Lyon, les Maristes et le lycée de la Favorite. Plutôt de très bons élèves, dont les notes initiales plafonnaient à 16/20, 17/20, 18/20, voire au-delà, et qui, disent leurs parents, ont fait les frais d’un « nivellement par le bas ». Mais la tendance inverse a aussi été observée : des lycéens qui pensaient avoir décroché une « note moyenne » ont été crédités, toujours à l’oral, de 1 voire 2 points supplémentaires.

Print Friendly, PDF & Email

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
philippe perrot
philippe perrot
30 jours il y a

Pour comprendre Il suffit de voir les politiques idéologiques assumées par les ministres successifs de l’Education Nationale. La France 23eme au classement pisa. Le résultat est là !
Normal qu’ils cherchent à masquer leurs échecs par le truchement de commissions «d’harmonisation ». On préfère niveler par le bas et sacrifier les bons élèves.
L’OCDE elle, n’a pas de commission d’harmonisation. La médiocrité ça se mérite!