ricochet64 / Shutterstock
ricochet64 / Shutterstock

Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), offre à nos confrères de La Vie son analyse de la crise permanente que vit la droite “républicaine”.

À vous écouter, le mal ne date pas des européennes, mais il est très profond…

Le monde change, mais pas la droite. Cette situation remonte à la fin des années Pompidou. Avec l’arrivée de la crise pétrolière des années 1970, la droite n’a pas changé son logiciel, ou à la marge. Elle n’a pas su penser la mondialisation. […]

La droite pourrait-elle s’en sortir avec un chef qui incarnerait une dynamique ? 

[…] la droite vient de tomber du deuxième au quatrième rang. La probabilité de voir Marine Le Pen accéder au pouvoir est donc plus grande. À mon avis, ce serait la fin de la Ve République. La droite pourrait être à l’origine de l’effondrement du régime qu’elle a fondé.

Mais Marine Le Pen ne se heurterait-elle pas à un plafond de verre ? 

Cette notion de plafond de verre a émergé à un moment particulier, qui ne correspond plus à la réalité : Marine Le Pen était alors opposée à l’euro. Or, aujourd’hui, même si elle demeure confuse, elle a écarté la sortie de la monnaie unique. On avait aussi le choix entre la droite et la gauche. C’est aussi fini ! En 2022, de nombreux Français vont être exaspérés par le pouvoir en place. Déjà, cette année, à travers le mouvement des « gilets jaunes », on a vu des niveaux de détestation sidérants et préoccupants. Beaucoup de leurs sympathisants se sont abstenus par colère ou ont voté Le Pen. Le plafond de verre ne résisterait pas à une nouvelle poussée de colère.

Finalement, la gauche semble être en moins mauvaise posture que la droite…

Je suis plutôt d’accord. Mais à une réserve près : la gauche est en porte à faux sur la question du multiculturalisme. C’est un sujet sur lequel la France est très crispée. Macron le sait bien et il a déjà donné des signes. Il doit continuer, car il va devoir arrimer son électorat de droite qui a voté pour lui aux européennes. […]


Puisque vous êtes ici...

Chers amis,

Vous êtes désormais des dizaines de milliers chaque jour à lire La Lettre Patriote !
Maintenir ce service en toute sécurité a un coût de plus en plus important, et nous avons besoin que chacun nous aide dans la mesure de ses moyens.

Pour cette raison, nous avons mis en place quatre types d'abonnements.

Vous pouvez choisir le plan qui vous correspond et vous abonner directement par carte bancaire EN CLIQUANT ICI.

Merci !
Julien Michel