Le groupe pharmaceutique Sanofi, qui avait déjà été mis en examen en février dernier, a annoncé lundi 3 août à l’AFP avoir été mis en examen cette fois-ci pour “homicides involontaires” dans l’enquête sur la commercialisation de l’anti-épileptique Dépakine.

Le médicament Dépakine est accusé d’avoir provoqué des malformations chez plusieurs dizaines de milliers d’enfants, et même d’avoir provoqué la mort de plusieurs bébés.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote