Shutterstock
Shutterstock

Une dépêche AFP faisant le point sur la situation scolaire de la jeune Mila a été reprise par de nombreux médias français. Cette dépêche explique que les attaques de Mila contre l’islam ont provoqué l’indignation d’un partie des élèves de son lycée, ce qui a comme conséquence qu’il n’est toujours pas possible de la réintégrer. Les deux premiers paragraphes de la dépêche sont clairs :

Dix jours après la publication de sa vidéo controversée, suivie d’une vague de menaces de mort et de viol, la lycéenne n’a toujours pas réintégré son établissement de Villefontaine, où ses attaques ont provoqué l’indignation d’une partie des élèves.

“Ça a choqué beaucoup de monde ici”, confirme une élève de 15 ans qui l’a côtoyée dans certaines matières. “Toute la France a vu sa vidéo…”, relève-t-elle, souhaitant rester anonyme.

(NDLR : La mise en gras est de notre fait)

Ces deux paragraphes ont bien été repris à l’identique par divers médias, par exemple BFM TV, L’Obs. Il y est clairement écrit qu’une lycéenne de 15 ans qui témoigne anonymement explique que les propos sur l’islam de Mila ont “choqué beaucoup de monde ici.”

Au Figaro, en revanche, une rédactrice – Caroline Piquet – a tout simplement inventé une fake news, en écrivant exactement l’inverse de ce que décrit l’AFP. Lisez plutôt :

Dix jours après la publication de sa vidéo controversée, suivie d’une vague de menaces de mort et de viol, la lycéenne n’a pas réintégré son établissement de Villefontaine (Isère), où les attaques contre elle ont provoqué l’indignation d’une partie des élèves.

«Ça a choqué beaucoup de monde ici», a dit à l’AFP une élève de 15 ans qui l’a côtoyée. «Toute la France a vu sa vidéo…»

Dans la dépêche AFP, ce qui a “choqué beaucoup de monde” d’après une lycéenne, ce sont les propos sur l’islam de Mila. Au Figaro, ce qui a “choqué beaucoup de monde” d’après une lycéenne, ce sont les attaques contre Mila.

Et c’est ainsi qu’une journaliste construit une infox, une fake news.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote