Shutterstock
Shutterstock

Le Figaro relate que le soir du 19 mai dernier, une agression d’une extrême violence s’est déroulée au cœur de Brest (Finistère).

Des “jeunes” se sont déchaînés à coups de barre de fer contre Nicolas, un père âgé de 35 ans. Son tort ? Avoir osé demander le silence alors que ces hommes se disputaient bruyamment en bas de son immeuble.

La victime a tout de suite été admise à l’hôpital dans un état critique et placée en coma artificiel. Le soir du drame, un voisin a assisté à ce qu’il décrit comme «un acte de barbarie», derrière la porte de son appartement de la cité Kérangoff, rue Franchet d’Esperey.

Après environ trois semaines de coma, Nicolas s’est réveillé avec de nombreuses séquelles. Il a dû subir plusieurs interventions de chirurgie reconstructrice faciale. “Son nez et sa mâchoire ont été enfoncés dans la boîte crânienne. Le médecin nous a parlé d’une potentielle opération des yeux”, indique une amie.

Mais surtout, Nicolas a subi de graves lésions cérébrales dont on ne connaît pas encore les conséquences, si ce n’est qu’elles feront de lui une personne handicapée à vie.

Comme dirait Macron… une “incivilité”…

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote