Drop of Light / Shutterstock
Drop of Light / Shutterstock

La chancelière allemande, non contente d’avoir mis l’Europe dans l’état que l’on sait, suggère désormais (fortement) que l’Europe devrait avoir un siège (européen et unique) au Conseil de sécurité de l’ONU.

En des temps un peu plus nobles, les dernières propositions d’Angela Merkel auraient été considérés comme ce qu’elles sont : une déclaration de guerre à la France. Et la France y aurait répondu comme il se doit. Mais nous vivons désormais une époque beaucoup plus hypocrite, où les vraies guerres ne disent pas leur nom et l’où on appelle guerre n’importe quelle opération anti-terroriste.

Avant de rendre son tablier (enfin, nous continuons de l’espérer), la chancelière allemande veut parfaire son oeuvre de destruction de la France. C’est ainsi qu’elle soutient principalement deux propositions qui sont directement hostiles à notre pays.

En premier lieu, il s’agit d’obtenir pour l’Europe un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Cela ne peut se faire qu’au détriment du siège de la France, puisque le détenteur de l’autre siège – le Royaume Uni – quitte l’Europe.

En second lieu, la chancelière suggère l’abandon du parlement européen de Strasbourg, pour ne plus siéger que dans celui de Bruxelles.

Bref, c’est la guerre.


Puisque vous êtes ici...

Chers amis,

Vous êtes désormais des dizaines de milliers chaque jour à lire La Lettre Patriote !
Maintenir ce service en toute sécurité a un coût de plus en plus important, et nous avons besoin que chacun nous aide dans la mesure de ses moyens.

Pour cette raison, nous avons mis en place quatre types d'abonnements.

Vous pouvez choisir le plan qui vous correspond et vous abonner directement par carte bancaire EN CLIQUANT ICI.

Merci !
Julien Michel