Emmanuel Macron - 360b / Shutterstock
Emmanuel Macron - 360b / Shutterstock

Face aux violences policières qu’ont subies les pompiers lors de la manifestation du 15 octobre, les pompiers de Mayotte ne vont pas assurer la sécurité d’Emmanuel Macron lors de son atterrissage prévu ce mardi 22 octobre. Dans une lettre d’information publiée le 18 par le Syndicat National des Sapeurs-Pompiers Professionnels et des PATS des SDIS de France, ils déclarent:

«Suite aux évènements [qui se sont] passés à Paris dernièrement [où] nos collègues Sapeurs-Pompiers ont été victimes de jet de bombe lacrymogène et balles venant de lanceurs de défense des forces de l’ordre, car nous demandons la revalorisation de la prime de feu afin d’être alignés [sur] nos homologues (les mêmes forces de l’ordre). […] Afin d’être solidaire [de] nos collègues de la Métropole et des DOM-TOM, nous, les sapeurs-pompiers de l’Aéroport de Mayotte (SSLIA), n’assurerons pas la sécurité incendie adéquate pour l’aéronef de Monsieur le Président de la République.» 

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote