Isogood_patrick / Shutterstock
Isogood_patrick / Shutterstock

La figure du roi décapité reste un sujet brûlant en France, plus de deux siècles plus tard. Ici même, dans les commentaires, nous pouvons lire tout et son contraire sur le passé monarchique de la France. Les Français, attachés à leur histoire, sont aussi un peuple éminemment révolutionnaire.

Et ça n’a pas changé depuis 1789. Comment ne pas voir dans la révolte jaune comme un écho lointain aux grands anciens, qui affirmaient être “ici par la volonté du Peuple“. Les baïonnettes sont été remplacées par des Flashball, mais la problématique est similaire.

Pourtant, Louis XVI refusa de faire tirer sur “[ses] enfants”. il refusa de faire couler le sang du peuple, lequel le lui rendit bien mal. On sait déjà qu’en la matière le gouvernement actuel n’a pas eu de ces pudeurs : le sang a bien coulé, le corps de certains Français a été meurtri pour toujours, de la main même de la Police.

Comment ne pas évoquer Louis XVI qui n’était pas destiné à régner – n’étant pas l’aîné, avant la mort de son frère – et qui donc reçut des enseignements de La Vauguyon l’éducation d’un prince cadet, toute faite de douceur chrétienne. Comment ne pas évoquer Louis XVI qui fut l’un des plus modernes de nos rois, pour finir assassiné.

Point n’est besoin de nostalgie ici. Elle n’est pas constructive. En revanche, tenter de comprendre le passé, de le regarder sous un angle personnel, pour essayer d’interpréter le présent afin de mieux sauver le futur, me paraît être une attitude d’honnête Homme

Le Roi est mort. Et la France, dans tout ça ?


Puisque vous êtes ici...

Chers amis,

Vous êtes désormais des dizaines de milliers chaque jour à lire La Lettre Patriote !
Maintenir ce service en toute sécurité a un coût de plus en plus important, et nous avons besoin que chacun nous aide dans la mesure de ses moyens.

Pour cette raison, nous avons mis en place quatre types d'abonnements.

Vous pouvez choisir le plan qui vous correspond et vous abonner directement par carte bancaire EN CLIQUANT ICI.

Merci !
Julien Michel