Malgré la défaite territoriale du groupe terroriste, « je trouve qu’on sous-estime beaucoup le risque et les dangers que représentent aujourd’hui les combattants jihadistes de Daech qui sont en prison » a mis en garde Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Parmi ces combattants, une soixantaine de Français sont actuellement emprisonnés dans le nord-est syrien. « Inévitablement, la question de leur jugement sera posée » au moment « du règlement politique », a expliqué Jean-Yves Le Drian, tout en rappelant la doctrine de la France : « Les combattants français doivent être jugés là où ils ont commis leurs crimes. »

“Nous avions pensé qu’il était possible d’ouvrir un dispositif juridictionnel spécifique en relation avec les autorités irakiennes. Aujourd’hui, vu la situation en Irak, cette hypothèse n’est pas réalisable à court terme, a poursuivi Jean-Yves Le Drian. À moyen terme, il faut que ce soit réglé dans le cadre du règlement politique global qui a commencé tout doucement à Genève, depuis la mise en œuvre du comité consultatif destiné à modifier la Constitution syrienne” , a souligné le ministre des Affaires étrangères.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote