DR
DR

Interrogé par nos confrères d’ABC News, l’homme – un Serbe – prononce des mots qui font froid dans le dos, et qui résonnent presque comme un appel au crime : «Je pense peut-être que maintenant en Europe, quelque chose va se passer parce que beaucoup de gens sont en colère».

L’ex-jihadiste estime par ailleurs que même si l’occident a annoncé la fin du califat, «cela n’a aucune importance».

Quelques semaines après son arrivée dans les rangs du groupe, l’État islamique a commencé à massacrer les Yézidis du nord-ouest de l’Irak, exécutant les hommes et capturant les femmes et les jeunes filles pour en faire des esclaves sexuelles. Lorsque le journaliste Ian Pannell lui demande s’il a quelque chose à dire aux innombrables victimes de l’EI, Hasik le regarde droit dans les yeux: «Je n’ai pas écrit leur destinée. C’est leur destin.»

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote