DR
DR

Dimanche matin, ligne 50, gare routière d’Aix-en-Provence. La navette Aix-Marseille, la plus utilisée, 10 à 15.000 passagers chaque jour en semaine. On monte dans le car, en fin de matinée, et on entend dans les haut-parleurs, du premier au dernier rang, une psalmodie en arabe. Le volume sonore est fort. Un des passagers interpelle le jeune chauffeur : “Vous n’avez pas à nous infliger ça !” ; Un autre à l’arrière du bus, un Algérien : “Vous ne respectez pas la laïcité, vous n’avez pas le droit !”  

Deux passagers ont tenté de stopper la diffusion avant le départ

Selon nos confrères de France Bleu, la réaction du conducteur est cinglante, sans la moindre hésitation : ”C’est mon bus ! Je fais ce que je veux. Si t’es pas content, tu descends”. Une version confirmée par une passagère. Quasiment aucune protestation chez la cinquantaine de passagers. Personne n’ose s’adresser directement au chauffeur. Le retraité algérien, lui, tente à nouveau à voix haute : “Ce sont des versets, c’est religieux”.

Et il harangue les autres passagers : “Ça ne gêne personne pour la laïcité ?” Silence. Personne ne remet en question le conducteur… qui démarre. 

La prière se poursuit jusqu’à la gare Saint Charles, unique-bande son de l’autocar. En tout, près de 40 minutes. Plus qu’un malaise. La passagère que nous avons pu contacter n’en revient pas : “Je trouve ça très choquant. La laïcité est une chose hyper importante. Et ça a duré tout le trajet, jusqu’à la gare de Marseille”. A l’arrivée, le passager algérien qui s’était le plus opposé à la diffusion fait part de son choc : “Cela me rappelle l’Algérie, avec le FIS. Les islamistes, ils passaient ça dans les bus. C’est interdit aujourd’hui en Algérie ! Et j’entends ça, ici ! C’est la première fois. C’est catastrophique ! Il faut réagir.”

Et il conclut : “Ce jeune, quand il fait ça, il fait monter le Rassemblement National !”

Print Friendly, PDF & Email