DR
DR

C’est la Cour des comptes qui l’affirme dans son rapport de février 2019. [PDF]

“Le temps de travail dans l’entreprise, fixé par l’accord du 27 janvier 2000, demeure particulièrement faible : la majorité des journalistes (plus de huit ans d’ancienneté) travaillent 192 jours par an

Avant de rappeler en note de bas de page :

«Le code du travail fixe la durée du forfait légal entre 218 et 235 jours par an»

L’équipe de Checknews de Libération explique comment on obtient ce chiffre hallucinant de 192 jours, détaillé dans un précédent rapport de la même Cour des comptes :

25 jours de congé résultant des dispositions du code du travail, 5 jours supplémentaires pour les salariés ayant plus de huit ans d’ancienneté à Radio France, 16 jours de RTT pour les cadres, 4 jours pour le passage des 40 heures aux 39 heures, 4 jours dits «de modernisation», 15 jours ouvrés de congés divers pour récupération des jours fériés.

Soit un total de 69 jours non travaillés, auxquels s’ajoutent, pour une personne travaillant normalement 5 jours par semaine et ayant 2 jours de repos hebdomadaires, 104 jours non travaillés par an. Quand on soustrait cet ensemble (173) au total des jours de l’année (365), on arrive à 192.

Lorsqu’un journaliste dûment encarté donne des leçons sur la vérification des sources et les fake news (infox), depuis cette année, on peut lui rire au nez en lui rappelant que “Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté”. Désormais, lorsqu’un salarié de Radio France, payé avec nos impôts, se posera en donneur de leçon sur tel ou tel sujet, on s’amusera en lui jetant au visage “c’est un de tes 192 jours travaillés, là ?”

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote