DR
DR

Mobilisé le 2 août 1914, Maurice Genevoix commence la guerre comme sous-lieutenant dans le 106e régiment d’infanterie. Le 25 avril 1915, lieutenant commandant la 5e compagnie du 106e RI depuis le 20 mars 1915, il est grièvement blessé dans des combats à Rupt-en-Woëvre. Les blessures reçues au bras et au flanc gauche le marquèrent pour le restant de sa vie. Il est réformé à 70 % d’invalidité et perd l’usage de la main gauche. 

Dans le petit Paris des lettres, on s’est beaucoup agité pour dissuader le président Macron d’honorer l’académicien au motif que l’auteur de « Raboliot », prix Goncourt en 1925, flatte les braconniers et les lièvres mais déparerait chez les grands hommes du Panthéon ! Pourtant, il fut un temps où l’ancien combattant était une célébrité, une des rares personnalités auxquelles le général de Gaulle laissait la parole lors de cérémonies officielles. « Il a totalement disparu des cadrans, et c’est incompréhensible », témoigne l’historienne Aurélie Luneau, auteur avec Jacques Tassin de sa biographie, éditée chez Flammarion.

Print Friendly, PDF & Email

Chers amis,

Ne souhaitant pas être une presse aux ordres, nous ne recevons aucune subvention de l'État. Nous avons donc besoin de votre soutien pour continuer notre mission. Les contributions financières de chaque lecteur, même les plus modestes, nous sont très précieuses.

Soutenez La Lettre Patriote à partir de 3 euros par mois - ça ne prend qu'une minute EN CLIQUANT ICI. Merci.

Je soutiens La Lettre Patriote